Roi de Morrowind

Vous avez aimé l'aventure, découvrez le pouvoir !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Aider et Servir

Aller en bas 
AuteurMessage
Vae-primat
Bibliothécaire du Roi
Vae-primat

Nombre de messages : 251
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Aider et Servir   Dim 10 Juil 2005 - 14:57

Aider et Servir
De Us et coutumes étrangers
Par Ganor Hiesun

Ce qui frappe en premier lieu le voyageur débarquant à Sayadihna, outre l’imposant port où se déroule une incessante activité, ce sont les « tours ». Ces imposants édifices dépassant les bâtiments les plus hauts de la République servent aussi bien pour déceler tout mouvement d’un ennemi extérieur que pour surveiller les quartiers auxquels elles sont affectées afin que les axes routiers, d’importance stratégique, soient toujours libres. Il est d’ailleurs étonnant de voir à quelle vitesse ces axes se vident de tout véhicule lorsque résonne l’alarme.
Ces tours servent, outre à être des observatoires, de prison pour tout contrevenant aux lois de la République. Les cas plus graves tels que meurtre ou trahison sont transférés, après jugement et condamnation du Conseil des Sages, dans les geôles de l’armée. Ce transfert indique généralement la condamnation à mort du prévenu, soit par exécution directe, soit par les travaux forcés. Je me suis, cependant, laissé dire que les geôles de l’armée ne gardaient jamais longtemps leurs locataires.

Il faut en effet savoir qu’à Sayadihna, police et armée sont deux organisations totalement indépendantes. L’éternel état de guerre larvée fait que chaque citoyen peut être mobilisé à tout instant en cas d’attaque. C’est pourquoi l’armée, qui est constituée sur le modèle impérial, n’est constituée que d’un petit noyau permanent, pour l’armée de terre, et est doublée d’une police autonome chargée de surveiller les étrangers qui, naturellement, ne sont pas soumis au service armé. Mais qui pourraient se révéler des agents subversifs ennemis.

Il ne m’a pas été possible d’avoir des renseignements concernant la marine. Cela peut se comprendre puisque cette branche de l’armée supporte, à elle seule, plus des trois quarts des assauts. Le secret sur ses appareillages et son organisation est donc essentiel. Les arsenaux sont d’ailleurs très bien gardés et tout étranger au service est poliment prié de faire un séjour dans les prisons de la République jusqu’à ce qu’il puisse prouver qu’il s’agissait d’une erreur de jugement de sa part. De plus, il lui est fortement conseillé d’éviter de réitérer pareille erreur au risque d’y perdre la tête. Vous l’aurez compris : à Sayadihna vaut mieux ne pas s’égarer trop souvent dans certains quartiers. Ces zones sont d'ailleurs très bien signalées. On regrettera juste que les hashenus estiment devoir décapiter les contrevenants pour les forcer à réfléchir. Mais je vous rassure : si vous avez le moindre doute de la direction à prendre pour vous rendre n’importe où dans la République, il suffit de vous adresser à un garde. Il vous indiquera le chemin le plus sûr pour vous rendre à destination. Je dois dire que, pour cela, ils sont plus efficaces que nos éclaireurs.

L’organisation de la police, qui n’intervient que dans l’appréhension des suspects, est admirable de simplicité. Un chef suprême de la police, appelé légat, chapote un collège de trois officiers supérieurs de police, appelés licteurs. Chaque licteur s’occupe d’une partie du territoire de la République : un pour la capitale, un pour le port et un pour les terres. Chaque licteur a, sous ses ordres, quatre subordonnés appelés prévôts, sorte de chefs d’îlot, s’occupant chacun d’un quartier de la partie de territoire qui incombe au licteur. On a ainsi une toile policière, couvrant toute la République, d’une redoutable efficacité.
La coordination entre les vigies des tours et des gardes sur le terrain est telle que j’ai pu assister à l’arrestation d’un voleur moins d’une heure après qu’il ait accompli son larcin.
Pour ce qui est d'évaluer le préjudice subi lors d'un vol ou d'une bagarre survenus dans un magasin, un suppléant du Conseil est envoyé relever les dégâts ou les déclarations de vol. Pour les meurtres ordinaires et les attaques dans la rue, c'est de la competence du prévôt. Lorsque le licteur se déplace, cela augure de la gravité du délit. Seul le légat est habilité à procéder à l'arrestation d'un notable. Il se dégage, de cette organisation, un sentiment de sécurité qui contraste avec la situation de guerre que supporte la République.

Pour accord de publication
Licteur de ville
Sertal Audius

_________________
La vie ne tient quà un fil, c'est avec celui-ci qu'on tisse ses rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aider et Servir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ik-Mass] pour vous servir ! (Rhum ? Pression ? ^^)
» Pour aider Habbo Hotel
» Y'a t-il un geek ou un nerd pour m'aider ?
» Pour sûr ... on va t'aider ma belle ....
» tableaux exel pouvant servir a DD 3.5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roi de Morrowind :: L'Univers du Roi de Morrowind :: Sayadihna :: Les Mythes de la République-
Sauter vers: